Végane

« Végane : personne qui essaye de vivre sans exploiter les animaux, pour les animaux, les humains et la planète. »

« Le Véganisme est une philosophie et une façon de vivre qui cherche à exclure, autant qu’il est pratiquement possible, toutes les formes d’exploitation et de cruauté envers les animaux, que ce soit pour se nourrir, s’habiller, ou pour tout autre but ; et par extension, le véganisme soutient et encourage le développement et la mise en œuvre d’alternatives sans utilisation d’animaux, pour le plus grand bien des êtres humains, des animaux et de l’environnement ».

Donald Watson, fondateur de la Vegan Society

Une alimentation végane est une alimentation végétale, sans aucun produit provenant de l’exploitation animale. Mais le véganisme s’applique dans tous les domaines (vêtements, cosmétiques et produits quotidiens, loisirs, etc.). C’est en tout cas faire de son mieux, car ce n’est pas toujours aisé en ce monde…

Je ne détaillerai pas ici la liste interminable et ignoble des tortures infligées aux animaux. Si la simple logique permet souvent de comprendre, cela dépasse généralement tout ce qu’on pourrait imaginer de pire…

Il est bon de connaître la tristement longue liste des éléments d’origine animale contenus dans les produits de consommation…

Mais c’est justement par nos choix de consommation que nous pouvons agir au quotidien, en choisissant ainsi le monde que l’on souhaite soutenir.

Et comme on mange 3 fois par jour, on a 3 fois l’occasion de « voter » pour un monde sans exploitation animale.

Appelons cela de l’ « activisme culinaire », car sans en avoir l’air, l’assiette est un espace politique.

bannière fb
Non seulement la cuisine végane est délicieuse, mais elle a un goût de justice et constitue un acte concret pour un monde meilleur

En choisissant de ne pas donner notre argent à ceux qui prennent les êtres vivants pour des marchandises, en choisissant quotidiennement de manger le plus éthique possible, en choisissant de ne pas se vêtir ou se divertir de la souffrance et de l’exploitation d’être innocents, nous sauvons non seulement leur vie, mais nous sommes enfin en cohérence avec nos aspirations profondes de paix.

_MG_5493-2
Les animaux sont des individus, pas des marchandises

Comment peut-on trouver inadmissibles les actes de cruauté sur les animaux – tout en y participant dans son assiette, ses vêtements, ses produits, ses loisirs ?

Comment peut-on déplorer la destruction de la Terre où nous vivons tous, animaux humains et non-humains, tout en y participant indirectement  ?

De même, comment pouvons-nous aimer comme des frères les animaux qui nous accompagnent (chats, chiens…) tout en considérant d’autres espèces animales comme des ressources en consommant leur chair, leurs viscères, leur foie qu’on rend malade (« foie gras »), leur sécrétions mammaires destinées à leurs petits (laitages/fromages/beurre, etc), leurs bébés, leurs ovules (œufs), et même en considérant les animaux aquatiques comme des « fruits » de mer, ou en oubliant que les poissons comme tous les autres animaux sont des êtres à part entière ?

02-05-2014-7883 - copie
Il suffit de se demander pourquoi on ne mangerait pas son chien ou son chat pour comprendre pourquoi ne manger aucun animal

Un simple déclic sur ces questions peut tout changer en soi, nous extraire de nos habitudes et de nos croyances aveugles, et c’est une véritable libération.

Lorsque cela m’est arrivé, j’ai eu l’impression d’avoir été jusqu’à ce moment-là sous hypnose, et d’avoir soudain repris le contrôle de mes actes, et retrouvé mon intégrité. Mon seul regret, c’est que je ne me sois pas réveillée plus tôt… Je me sens depuis en total accord avec moi-même, car mes actes sont cohérents avec mes pensées et mes valeurs.

 « Nos choix de tous les jours façonnent le monde » – Safran Foer

02-05-2014-.jpg

Les animaux ont tout autant le droit de vivre que nous, ils ne sont pas nos esclaves, et rien ne justifie de les traiter comme des marchandises, pas plus que de traiter d’autres humains ainsi.

 « L’idée que certaines vies valent moins que d’autres est la racine de tout ce qui ne va pas dans le monde. »
– Dr Paul Farmer

Être végane est aussi la meilleure manière d’épargner le plus grand nombre de vies, non seulement animales, mais aussi végétales, et de réduire au maximum notre empreinte écologique sur l’ensemble de la nature tout en permettant un meilleur partage des ressources pour les humains.

Est-ce un retour au « naturel » ou à un passé lointain idéalisé ? Non. C’est une évolution éthique et technique, tournée vers l’avenir : grâce à la découverte de l’origine bactérienne de la vitamine B12 en 1948, et la possibilité de la prendre directement en complément, nous pouvons de nos jours vivre en parfaite santé sans aucun aliment provenant des animaux. (voir mon article complet ICI). C’est une libération aussi pour nous, humains, de s’extraire de notre condition de bourreau d’animaux : l’espèce humaine n’est plus dépendante de l’exploitation des animaux pour sa survie.

À vrai dire, lorsque l’on prend conscience de tout cela, la seule question à laquelle rien de sensé ne peut répondre, c’est : « pourquoi ne pas être végane ? » 😉

 

02-05-2014-7891

Quelques ressources utiles:

10 astuces pour devenir végane

Nutrition végane

Pourquoi être végane ?

Alimentation et environnement

Pourquoi être végane, et pas végé ou flexi ?

 

Les données sur les véganes manquent aux institutions sanitaires pour changer les politiques publiques. Si vous souhaitez agir, vous pouvez participer à l’étude Nutrinet-Santé :

www.etude-nutrinet-sante.fr

 


Sur l’orthographe du mot « végane », 2 très bons articles :


 

Retour à l’accueil

Enregistrer

Enregistrer